Architecte de formation, Nawel Louerrad décide de ne jamais rien construire et se tourne alors vers des études de scénographie à Nantes, puis des études théâtrales à Montpellier.
De retour à Alger, c’est la bande dessinée qui l’accueille à bras ouverts.
Elle publie aux éditions Dalimen « Les vêpres algériennes » en 2012, « Bach to black » en 2013 et développe en parallèle son univers graphique sur son blog : Les vêpres algériennes.