Fondée en 2014 par Nawel Louerrad et Géraldine Mercier, Sociétés Accidentelles est née d’une rencontre joyeuse, d’affinités artistiques, de réflexions communes tout autant que discutables sur nos environnements sociaux, culturels et politiques.

Nous pensons que le besoin de tisser des liens pour ensuite dénouer ensemble les raisons de nos peurs est une nécessité partagée par le plus grand nombre.
Nous assistons avec effroi au délitement de nos sociétés humaines et la possibilité d’une destruction totale de l’homme par l’homme est plus que jamais accessible à l’entendement.

Nous croyons au théâtre comme lieu de communion capable de transfigurer ces peurs collectives en matière à débat et en connaissance.

C’est ainsi, par le biais du spectacle vivant et dans la volonté d’un partage entre artistes et chercheurs de différentes disciplines, que nous proposons une structure d’échanges, reprenant la forme du théâtre antique dans sa fonction originelle de catharsis et de débat social.
Il s’agit donc de proposer, aborder, souligner, des questionnements ancrés dans l’actualité et dans nos vies avec :

-  Dans une première partie, un travail d’actions et de réflexion sur le terrain. Un rapprochement intime avec  des centres et associations dont la démarche sociale est sensiblement la même que la nôtre.
Nous souhaitons créer un dialogue afin de mieux cibler le cœur et les enjeux de notre sujet.

-  Dans une seconde partie, un spectacle de théâtre dansé, mue des  interrogations et réflexions que nous posons lors de la phase d’étude et abordant ces problématiques.

-  Dans une troisième partie un débat/conférence sera organisé autour du sujet mis en scène. Nous souhaitons inviter des travailleurs sociaux, historiens, philosophes, anthropologues, écrivains, cinéastes, etc. ayant abordé dans leurs œuvres un aspect de la problématique générale afin de multiplier les regards et de tenter d’apporter, avec la participation des spectateurs, des outils de lecture et d’aide à la compréhension.

Après notre première création “Les vêpres algériennes”  en 2015, réadaptation libre de la bande dessinée éponyme de Nawel Louerrad, parue aux éditions Dalimen en 2012 et dont le manuscrit de la pièce fut lauréat du Centre national du Théâtre (nouvellement ARTCENA) en Dramaturgies Plurielles, en novembre 2015, ARCEO E.34519 C.A233 est notre deuxième création.

Depuis décembre 2018, nous montons également, et en parallèle, MANQUE, de Sarah Kane.