Les vêpres algériennes

Le thème de la création Les vêpres algériennes s’inspire d'une bande dessinée éponyme de Nawel Louerrad, publiée aux éditions Dalimen, à Alger, en 2012.

Il y est question d’un rapport traumatique à l’Histoire et à la mémoire, la guerre d’indépendance et la tragédie des années 90 y sont figurées en entités désincarnées, agglutinées au présent.

 

Nous partons de ces guerres-ci pour tenter d’approcher ce qu'elles engendrent à échelle universelle, celle de l’individu et celle du monde, rappelant l'idée du motif fractal qui s'engendre à l'infini en lui-même.

Dans cette élasticité du trouble, cette violence indifférenciée où bourreau et victime peuvent s’échanger les rôles, nous nous penchons plus précisément sur la blessure de guerre, la blessure trans-générationnelle, et en cela, à ce qui échappe à toute formulation.

 

Toujours dans une idée de recherche, nous tentons de tisser et de partager un langage problématique du corps, aliéné par sa mémoire.